Les fils suspenseurs

Lorsque le relâchement de votre peau a commencé à apparaître, n’avez-vous pas pris votre visage sous vos doigts en le remontant et en vous disant qu’il serait bien mieux un peu plus lisse et tendu ? Pour obtenir cet effet à la fois liftant et naturel, a été mise au point la technique des fils suspenseurs, une bonne indication pour traiter temporairement le relâchement de la peau et prévenir le vieillissement.
Plus simple à mettre en œuvre que le lifting et sans les inconvénients de l’hospitalisation et de l’anesthésie générale, elle ne remplace cependant pas le lifting. Elle ne fait que le prévenir ou le retarder. Cette technique offre un bon résultat. Elle minimise le relâchement et permet d’éviter qu’il ne s’accentue ; mais elle ne va pas empêcher le vieillissement et un éventuel lifting.

Les différentes méthodes utilisées :

La technique du remaillage :

Les fils suspenseurs sont introduits en profondeur, parallèlement puis perpendiculairement aux lignes d’affaissement du visage et du cou. Ce filet va donner de l’épaisseur à la peau, et donc un meilleur tonus. C’est un soutien passif, sans mise en tension. Cette première technique du remaillage est toujours d’actualité même si elle est moins pratiquée. Les fils d’or sont totalement déconseillés, malgré leur impact « publicitaire »: ils sont trop rigides et cassent. On en retrouve de nombreux petits fragments impossibles à enlever, et qui n’ont aucun effet de soutien ou de rajeunissement.

La technique des boucles :

« Curl Lift » Le médecin passe le fil suspenseur sous la peau, en décrivant une boucle qui va entourer la zone à remonter: bajoue, pommette, zone sous le menton. Cette boucle est ensuite retendue et attachée en profondeur.

Filsbouclesketch
Ce soutien est plus actif, puisqu’il remonte les tissus.
Inconvénient : les mouvements musculaires du visage, par la mimique, vont progressivement faire glisser les tissus a travers la boucle, et le relâchement pourra réapparaître en quelques mois.


Les fils crantés, ou « fils russes »:

Ils ne nécessitent plus de faire une boucle avec le fil et en principe ne doivent pas glisser.

Filscrantssketch Les fils crantés tiennent en place grâce aux crans qui les composent sur toute leur longueur et qui s’accrochent sous la peau, évitant ainsi de coulisser. Inconvénient: pour leur efficacité, il faut en placer plusieurs, ce qui peut enraidir le visage. En cas de « décrochage » peuvent apparaître des asymétries du visage. L’expérience montre que leur effet ne dépasse que rarement une année.


Les fils à cônes – « Silhouette Lift »:

SIhLiftCone SilhLiftSketchvis
Au lieu d’avoir des crans, ce sont des petits cônes résorbables, qui vont donner un ancrage très solide dans les tissus. Avantage: moins de risques d’asymétrie ou de déplacement, durée environ trois ans.


A qui s’adresse la technique des fils suspenseurs ?

Aux personnes jeunes qui présentent un début de relâchement du visage (rides, petite bajoue) et une peau de bonne qualité. Il n’y a pas d’âge précis pour se tourner vers les fils suspenseurs, l’important étant que la qualité de la peau soit bonne et le vieillissement très léger. Le cas idéal est la jeune femme de 30-45 ans qui a un sillon marqué et n’a pas de rides. Cette technique va lui offrir un résultat naturel pendant trois-quatre ans, tout en tenant compte, bien entendu, de ses habitudes et de ses mouvements de visage. En revanche, au-delà de 50 ans, la technique est insuffisante et entraine de plus grands risques d’asymétrie.

Comment se déroule l’intervention ?

Avant l’intervention, nos entretiens me permettront de prendre en compte tous les paramètres qui vont me permettre d’apprécier le problème dans son ensemble, à savoir la qualité de sa peau, la zone du visage concernée, la vascularisation, si vous présentez des risques particuliers, tabac ou hypertension par exemple. Lorsque l’intervention est décidée, elle se déroule sous anesthésie locale, éventuellement potentialisée, et dure entre 20 et 40 minutes en fonction du nombre de fils à poser. Les suites de l’intervention sont en principe simples . Il n’y a que peu de marques, la douleur est minime, l’éventuelle gêne ressentie et la survenue d’un œdème sont résorbées avec la prescription d’anti-inflammatoires et de vitamine C. Il est en revanche indispensable d’éviter les mouvements du visage et de rire pendant les 15 premiers jours qui suivent la pose des fils. Nous nous recevrons dans la semaine qui suit l’intervention, puis dix jours après et une nouvelle fois au bout d’un mois. Une autre visite est programmée six mois plus tard pour constater qu’il n’y a pas de problème particulier.

Quels sont les résultats ?

Les fils suspenseurs offrent de bons résultats, naturels, chez les femmes jeunes. Mais la patiente doit être prévenue que cette technique ne traite que les petites ptôses et qu’elle reste insuffisante sur un visage vieilli. Autre élément dont il faut tenir compte : tant que les fils n’ont pas été posés, on ne peut pas assurer qu’ils ne glisseront pas et que le résultat sera fiable. Le taux de déplacement précoce des fils reste cependant faible, de l’ordre de 3 à 5 %, et c’est à la patiente de décider si elle souhaite que lui soient posés de nouveaux fils. Il m’ arrive de retirer des fils posés ailleurs parce qu’ils ont été mal mis ou qu’une infection s’est déclarée. Ce résultat défavorable concerne surtout les femmes qui ont plus de 45 ans, une peau abîmée, peur de faire un lifting et qui n’ont pas forcément été prévenues que cette technique des fils suspenseurs ne leur étaient pas conseillée.

SilhLiftpre SilhLiftPost

Crédit Photos « Silhouette Lift France » Résultats d’un « Filting » par fils à Cônes « Silhouette Lift ».
Quelle que soit la méthode choisie, la tenue des fils et la qualité du résultat dépendent aussi et surtout de la dextérité du praticien qui aura pris en compte tous les paramètres avant d’intervenir. La mise en place des fils suspenseurs peut être décevante (asymétrie du visage, implants palpables, rigidité cutanée) lorsque la technique est insuffisante ou le résultat d’une mauvaise indication.

Quel est le prix de l’intervention ?

Entre 2500 et 4500 €, selon le nombre de fils.

Qui est habilité à pratiquer cette intervention ?

En principe, tout médecin formé à ces techniques est habilité à les pratiquer. Cependant, la formation universitaire du Chirurgien reste le seul gage d’une parfaite connaissance de l’anatomie de la face, et donc de la maîtrise du geste. Il est conseillé de prendre plusieurs avis, de vérifier les titres du praticien, et de se méfier des promesses « miraculeuses ».