Les réductions de volume des seins. C’est quoi, c’est pour qui ?

C’est l’intervention de chirurgie esthétique pour toutes les femmes qui ont des seins trop volumineux. Ils provoquent une gène à l’habillement, à la pratique du sport, mais sont aussi responsables de douleurs, notamment du dos, à cause du poids et des mauvaises positions qu’ils provoquent. Sans compter l’importante gêne psychologique, comme pour tout ce qui touche au sein.

FerAlbF


Comment ça se passe ?

La consultation préopératoire

C’est elle qui va permettre au chirurgien de préciser avec vous quel volume final vous souhaitez conserver. La prise en charge par la sécurité Sociale est le plus souvent possible, à condition d’un poids minimum à enlever (300g par sein). Autres éléments à prendre en compte: une différence de volume entre les deux seins, l’état de la glande (d’éventuels nodules sont-ils palpables? Une vérification par mammographie et échographie est prescrite systématiquement.), qualité de votre peau, diamètre des aréoles, etc.
Cette chirurgie esthétique  vous sera expliquée en détail et tous les documents concernant l’intervention vous seront remis. Vous pourrez poser toutes les questions que vous souhaitez.

Les techniques opératoires

L’intervention se déroule sous anesthésie générale. Selon l’importance du volume à enlever, les techniques varient, et donc les cicatrices finales. Il y a toujours une cicatrice circulaire autour des aréoles. Pour un faible volume, cela peut parfois suffire. Il est souvent nécessaire d’y ajouter une cicatrice verticale, sous l’aréole. Pour les volumes plus importants, la cicatrice sera prolongée dans le pli sous le sein, c’est la classique « ancre de marine ».

Plastie mam schema
Cependant, dans mon expérience, toutes les techniques qui privilégient une cicatrice courte me semblent avoir une moins bonne tenue du résultat dans le temps, et une forme pas toujours très satisfaisante. En dehors bien sûr des seins peu volumineux, où toutes les techniques seront efficaces.


Et après ?

Vous aurez un pansement qui ne sera enlevé qu’au bout de quelques jours. Les soins sont simples: douche, pommade cicatrisante, compresses de protection dans un soutien gorge adapté. Les complications sont peu fréquentes. Locales, en dehors du risque d’hématome, elles sont essentiellement liées à la mauvaise qualité de la peau qui peut mal cicatriser, et sont très majorées chez les fumeuses. Générales, en dehors du risque infectieux, elles sont très rares. Les cicatrices deviennent le plus souvent peu visibles avec le temps. Dans quelques cas, elles peuvent devenir hypertrophiques, voire chéloïdes, Les « Bleus » ou ecchymoses se dissipent en 8 à 15 jours, de façon variable selon les personnes. Les oedèmes, ou gonflement, se voient 10 à 20 jours. Le résultat final est acquis en 6 mois environ. Il faut six mois à un an environ pour « oublier » l’intervention.

En pratique

  • Chaque cas est particulier et bénéficie d’une intervention adaptée, et les techniques diffèrent pour chacun.
  • L’intervention se déroule sous anesthésie générale.
  • Contrairement à ce que l’on croit, les suites opératoires ne sont que très rarement douloureuses, avec surtout des sensations de tension ou de tiraillements. Des traitements adaptés sont toujours donnés.
  • L’hospitalisation est de 24 à 48 h, mais peut parfois être prolongée pour les cas les plus importants.
  • L’arrêt de travail est, en principe, de 2 à 3 semaines. – Il faut compter 3 semaines à un mois pour reprendre toutes vos activités.