C’est quoi, c’est pour qui ?

Ce sont les interventions qui consistent à reconstruire les seins, chez toutes les femmes à qui il manque un ou les deux seins, que ce soit à la suite d’une intervention ou d’une absence de développement (Syndrome de Poland, Amastie). Les deux seins peuvent être reconstruits, mais en général dans des temps opératoires différents. Ces interventions bénéficient des plus récents progrès de la Chirurgie Plastique, mais aussi de l’expérience de la Chirurgie Esthétique.

Comment ça se passe ?

La consultation préopératoire.

C’est elle qui va permettre au chirurgien de voir avec vous quelle est la technique la plus adaptée à votre cas personnel, si des traitements associés sont à recommander, en fonction de l’avis de l’équipe qui s’occupe de vous sur le plan de la maladie,  mais aussi de l’état de votre peau, et de vos impératifs personnels: temps disponible, zones à ne pas toucher, cicatrices supplémentaires, etc. Les techniques vous y seront expliquées en détail et tous les documents concernant l’intervention vous seront remis. Vous pourrez poser toutes les questions que vous souhaitez.

Les techniques opératoires.

De façon simple, on peut distinguer les reconstructions avec ou sans apport de peau ou de muscle.

Si la peau restante est de bonne qualité, avec un volume à reconstruire modéré. (Bonnets B ou C), une prothèse seule peut être suffisante.

Ici, reconstruction immédiate du sein droit par implant, et augmentation du sein gauche selon le souhait de la patiente. L’aréole reste à reconstruire.



Reconstruction par prothèse simple, avec symétrisation par augmentation de volume du sein gauche

Si la peau et/ou le muscle pectoral semblent de qualité moyenne, il faut apporter des tissus de bonne qualité.
Soit muscle du dos (Grand Dorsal), seul ou avec de la peau, plus éventuellement un implant si le volume final n’est pas suffisant

Reconstruction du sein gauche par lambeau de Grand Dorsal, muscle et peau, et implant. L’aréole reconstruite sera tatouée, pour la couleur.


Reconstruction du sein droit par lambeau de Grand Dorsal, muscle et peau, et implant. La patiente n’a pas souhaité de reconstruction de l’aréole.


Soit peau et muscle du ventre (TRAM: Muscle Grand Droit de l’Abdomen). Dans ce cas, la prothèse est inutile.

Reconstruction du sein droit par lambeau de muscle et de peau (Grand Droit de l’abdomen). La patiente n’a pas souhaité de reconstruction de l’aréole.


Concernant la reconstruction uniquement par injection de votre graisse (lipofilling), c’est une technique très intéressante, mais qui nécessite plusieurs interventions, car le volume injecté à chaque séance n’est que de 150 ml à 200 ml environ, et toute la graisse injectée ne survit pas. Par contre, en association avec une prothèse, qui apporte le volume, elle permet une nette amélioration de la qualité de la peau, et un résultat amélioré, souvent plus naturel.
Récemment l’introduction d’une nouvelle technique, associant une expansion  de la peau par aspiration progressive et  lipofilling, semble très prometteuse dans des cas sélectionnés.

Meilleur aspect du sein reconstruit, après Lipofilling pour améliorer la qualité du résultat

Ce n’est qu’après la finalisation du volume, qu’on pourra symétriser le sein restant, et reconstruire l’aréole et le mamelon.


Et après ?

Vous aurez un pansement. Les soins sont le plus souvent simples. Des complications peuvent se voir. Locales, en dehors du risque d’hématome, elles sont essentiellement liées à la mauvaise qualité de la peau qui peut mal cicatriser, et sont très majorées chez les fumeuses, qui doivent impérativement arrêter. Générales, en dehors du risque infectieux, elles sont rares. Les cicatrices sont variables selon la technique utilisée. Dans quelques cas, elles peuvent devenir hypertrophiques, voire chéloïdes, Les « Bleus » ou ecchymoses se dissipent en 8 à 15 jours, de façon variable selon les personnes, les œdèmes, ou gonflement, se voient 10 à 20 jours. Il peut arriver qu’un écoulement lymphatique persiste quelques semaines, surtout avec le lambeau de Grand Dorsal. Quelques fois, ces complications peuvent impose une intervention spécifique (Éventration après lambeau du ventre).

En pratique

  • Chaque cas est particulier et bénéficie d’une intervention adaptée, et les techniques diffèrent pour chacun. Elles vous seront expliquées très en détail.
  • L’intervention se déroule sous anesthésie générale. Un bilan complet sera réalisé. Il peut être nécessaire de prévoir une autotransfusion en cas de lambeau, et de vous prescrire du fer avant l’opération.
  • Les suites opératoires peuvent être un peu douloureuses, mais des traitements adaptés sont toujours donnés.
  • L’hospitalisation va de 48 heures pour un implant simple, à 4 à 6 jours pour les cas les plus importants (TRAM).
  • Il faut compter entre 3 semaines (implants) et deux mois (Lambeau) pour reprendre toutes vos activités.