L’implantation de prothèses mammaires peut elle se faire même si les seins de la personne sont vraiment petits? la peau est-elle assez extensible ?

Soyez rassurée, la peau s’adaptera parfaitement bien au nouveau volume de vos seins. Pensez ce qu’on arrive à obtenir après ablation complète du sein dans les cancers, bien que les reconstructions se fassent alors sur une peau souvent de mauvaise qualité.

Une de mes amies a eu des prothèses de sein de 220 cc avec un très bon résultat, J’aimerais la même poitrine.

Ce n’est pas l’implant mammaire qui fait la poitrine, mais c’est votre poitrine, même petite, qui conditionne le résultat.
Voici trois exemples de chirurgie esthétique avec la même prothèse.

35MaigreAlbProth34G LaurAlbProthF


26PreiAlbProthF

Vous voyez que le résultat est différent, car les poitrines et les thorax sont différents au départ. Chaque personne est unique et doit être traitée comme aucune autre.


Trois patientes avec des prothèses de 220ml, 3 résultats différents.

Je souhaite depuis mon adolescence modifier ma poitrine beaucoup trop petite or on me dit qu’il faut attendre d’avoir eu ses enfants avant une chirurgie esthétique. Pourquoi ? Faut-il véritablement attendre de ne plus vouloir de grossesse pour se faire refaire la poitrine ?

MaigreAlbProthF

Il n’est pas du tout obligatoire d’avoir eu des enfants pour augmenter votre poitrine: les implants mammaires ne touchent pas la glande, et n’empêchent pas l’allaitement. Ce n’est que pour une réduction du volume, où la glande est diminuée, qu’il existe un risque certain de ne plus pouvoir allaiter. C’est dans ce cas que l’on demande aux patientes de bien réfléchir à leur souhait d’allaiter ou non, et donc d’attendre d’avoir eu leurs enfants. Mais pas pour les prothèses mammaires.


Je cherche à faire augmenter le volume de ma poitrine par lipofilling, la technique des implants ne me convenant pas. J’espère qu’un chirurgien expérimenté pratique cette technique et pourrait mieux me renseigner à ce sujet.
Est il vrai que vous puissiez augmenter le volume mammaire en utilisant la graisse corporelle de la personne concernée ?
Utiliser vous la méthode qui consiste a retirer la graisse d’une partie du corps par liposuccion pour ensuite la réinjecter dans les seins afin d’augmenter le volume de ceux-ci ?

Je connais bien cette technique et je la pratique pour les reconstructions après cancer du sein, où la glande a été enlevée.
Pour les augmentations du volume, elle est utilisée surtout en complément de la pose d’un implant, pour masquer des vagues ou donner un aspect plus souple. Par contre, à utiliser à la place des prothèses, cette technique, qui semble très prometteuse, et que certains disent sans dangers, pose cependant de nombreux problèmes.
Le premier est celui de l’aspect, fréquent, de micro-calcifications, qu’il faut savoir bien distinguer de celles que l’on voit dans les cancers du sein. Ce serait dommage de vous augmenter le volume pour ensuite, soit ne pas voir un cancer, soit vous enlever le sein en croyant que vous avez un  cancer. Il ne faut donc ensuite s’adresser qu’à un radiologue hyper entrainé à l’interprétation de ces radios.
Le deuxième est celui du nombre d’opérations nécessaires: un implant nécessite une seule opération. L’augmentation de volume par la graisse demande entre 3 et 6 opérations, car tout le volume injecté ne survit pas, et on ne peut greffer que des quantités limitées à chaque séance.
Le troisième est peut être le plus grave. Il existe de très nombreuses études qui montrent un lien entre le volume de graisse dans les seins et la survenue de cancer du sein. C’est le cas chez les obèses notamment. Ceci par le biais des nombreuses hormones secrétées par les cellules graisseuses. Il n’y a pas encore assez de recul pour affirmer qu’il n’y aura pas de problèmes avec les greffes de cellules graisseuses dans vos seins. Je vous conseille donc la prudence: tout ce qui semble naturel n’est pas forcément bon.
Vous trouverez ci après les recommandations de la société savante officielle française sur ce sujet, la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique.

RECOMMANDATION DE LA SOF.CPRE CONCERNANT LES INJECTIONS DE GRAISSE DANS LE SEIN

« Les auto-greffes de tissu graisseux ont largement prouvé leur efficacité et leur innocuité au niveau de toutes les régions du corps, avec un double effet remarquable de comblement et d’amélioration de la trophicité des tissus injectés.
Au niveau de la glande mammaire toutefois, et à ce niveau seulement, les données scientifiques acquises sont encore actuellement insuffisantes en ce qui concerne les éventuelles interactions du tissu graisseux injecté avec la glande mammaire.
Dans l’attente de données complémentaires, la SOF.CPRE ne cautionne pas l’injection de tissu graisseux autologue dans la glande mammaire en dehors du cadre de protocoles de recherche clinique, comportant en particulier un suivi des patientes à moyen et à long terme. »
Professeur Marc REVOL Secrétaire Général de la SOF.CPRE (Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique www.plasticiens.org

Mes seins sont écartés. Peut-on les rapprocher avec les prothèses ?

Non, car s’il y a un « défaut »: asymétrie, divergence ou convergence des tétons, différence de hauteur des seins, ils seront amplifiés par la prothèse et seront plus visibles.
EcartesALbF Ici des seins avec un « strabisme » divergent: il n’a pas été créé par les prothèses de sein, mais semble plus apparent, bien que les implants aient été placés le plus possible vers le milieu.


Étant ado j’avais une différence de forme et différence d’une taille entre les 2 seins. Je complexais énormément. J’ai eu une petite fille il y a 13 mois, je l’ai allaitée environ 1 mois. Depuis j’ai encore moins de poitrine qu’avant. J’ai toujours eu envie de me refaire faire les seins pour augmenter un peu leur volume, et ce encore plus maintenant. J’aimerais donc savoir s’il est possible d’allaiter après l’implant de prothèses ou si il faut mieux que j’attende puisque nous désirons avoir un autre enfant rapidement.

Une différence de taille entre les deux seins est très fréquente, mais en général peu importante. Dans les cas dasymétrieplus marquée, ce qui semble être le cas chez vous, on peut profiter d’une intervention pour réduire cette différence. Si les seins ne sont pas « ptosés », c’est à dire si le mamelon n’est pas descendu en dessous du niveau du sillon sous le sein, une simple prothèse suffit. On met des implants mammaires de volumes différents à chaque sein pour compenser les écarts de volume. Cela n’empêche ni une nouvelle grossesse, ni un allaitement, car il n’y a pas de contact entre la glande et la prothèse.

Question: je voudrais savoir quelles sont les causes du rejet des prothèses mammaires. Si ça arrive souvent.

Il n’y a jamais de « rejet » des implants mammaires. Par contre, comme tout corps étranger, il est isolé du reste de l’organisme par une membrane, comme une cicatrice interne. Et comme toute cicatrice, y compris pour la chirurgie esthétique, celle ci va évoluer pour son propre compte. La plupart du temps, elle reste fine. Mais parfois, elle peut s’épaissir, devenir dure, douloureuse, inflammatoire: on parle de cicatrice « hypertrophique » sur la peau, et de « coque péri-prothétique » pour les seins. Le taux d’apparition moyen de ces coques est d’environ 5 %. Il a été jusqu’à 30 % dans les années 70 et 80 où les implants mammaires et les gels étaient moins cohésifs qu’aujourd’hui. Il n’existe aucun moyen de les empêcher de se former. On ne réopère que celles qui sont vraiment gênantes, douloureuses, ou qui déforment les seins, soit environ 2% des cas. Par contre certaines femmes sont très satisfaites d’avoir des seins un peu fermes.

Est-il vrai qu’après 2 grossesses, il est parfois possible de bénéficier d’une prise en charge pour une opération mammaire?
J’aimerais savoir s’il est vrai que la sécurité sociale prend en charge une partie de l’intervention car j’ai allaité mes deux enfants. J’aimerais me faire augmenter la poitrine car j’en ai très peu et je suis complexée.

La sécurité Sociale ne prend en charge que les reconstructions des seins, soit après cancer, soit en cas d’absence partielle ou complète du sein, soit en cas d’anomalies de forme très marquées. Elle refuse la prise en charge des remodelage des seins, ni leur augmentation, sauf s’ils sont vraiment très petits, bonnets inférieurs à A. Auparavant, il pouvait être possible de demander une entente préalable, en cas de problème particulier, notamment de répercussions psychologiques graves. Il semble que ce ne soit plus le cas, même si vous avez eu plusieurs enfants. Nous espérons que les remodelages seront pris en charge après amaigrissement important, ce qui est même refusé actuellement.

Est-il vrai que l’implant mammaire nécessite, lors de son remplacement, un implant mammaire plus important compte tenu que la peau est détendue ?

Non, car la peau va naturellement se rétracter. Cela ne serait vrai que si vous passiez d’implants très volumineux (bonnets D ou plus) à des implants petits (bonnets B). Le seul point à vraiment prendre en compte, c’est la position de l’aréole par rapport au sillon sous mammaire (pli sous le sein). Si l’aréole est au sous ce sillon, il y a ptose, et un remodelage, une remontée du sein, est indispensable.

Je voudrai savoir si l’augmentation mammaire laisse des cicatrices après l’opération ?

Oui, comme toute intervention chirurgicale où la peau est ouverte. Mais ces cicatrices sont la plupart du temps très peu visibles, et il faut vraiment les chercher pour les discerner.

Je remplis à peine un 85/90A, et je souhaiterai obtenir un beau 85B. Je suis sapeur pompier professionnel, je pratique entre autres sports la musculation à « forte » dose. J’ai donc un dos large, et des pectoraux développés. De par cette activité sportive que je ne souhaite pas changer, et mon activité professionnelle qui nécessite un physique opérationnel, je souhaiterais connaître les possibilités, conditions nécessaires à une opération réussie et sécurisée.

Dans votre cas, je déconseillerai les implants placés en arrière du muscle pectoral. En effet, le mouvement des muscles provoque un mouvement des prothèses, et donc des seins. Ce qui est acceptable pour une femme ayant des activités physiques modérées peut devenir gênant chez quelqu’un de très sportif. De plus, le traumatisme opératoire peut vous empêcher de reprendre vos activités pendant au moins un mois. Donc, de préférence, implants pré pectoraux, voie d’abord aréolaire. Comme vous ne souhaitez pas une augmentation très importante, des implants de 180 à 200 ml seraient suffisants.

Opérée il y a 4 mois pour pose d’implants mammaires, je sens des « vagues » sur le tour d’un des 2 seins. Ça parait empirer. Ça ne se voit pas , ça se sent uniquement au toucher. Cela va -t-il régresser ? je suis un peu désolée de ce phénomène. Quelles sont les solutions en toute franchise ? Quel chirurgien a déjà rattrapé des vagues aux seins des personnes qui ont eu augmentation mammaire avec prothèse silicone à gel très cohésif ? En fait quand j’avais les prothèses silicone rondes lisses durant 15ans, je n’ai jamais eu de vagues, des seins magnifiques, un peu durs certes car petite coque stade 1, mais c’est tout. Et quand j’ai voulu les changer bêtement alors qu’il ne fallait pas, vu que j’avais peur des risques des anciens silicones, et bien dès que j’ai fait changer mes prothèses lisses pour des nouvelles texturées et peut être moins remplies que celles d’autrefois, j’ai eu des vagues 15j après l’opération. J’ai subi 2 autres opérations pour rien, toujours des vagues.

Cette sensation de « vagues » est liée au relâchement de la peau, qui doit être assez fine chez vous, et surtout à la rétraction des cicatrices internes, autour de la prothèse. Elle peut s’observer surtout avec des prothèses au sérum physiologique, mais aussi avec des prothèses en gel de silicone, qu’elles soient lisses ou texturées. Comme ils ‘agit d’un phénomène lié à l’évolution des cicatrices internes superficielles, il n’est ni prévisible ni maitrisable. En principe, une fois stable, cela n’évolue pas, mais ne diminue pas non plus. Il n’y a pas de traitement. On peut cependant tenter une amélioration en enlevant la totalité de la coque, autour de la prothèse, quand c’est possible, puis de retendre la peau par remodelage ou âr prothèses plus grosses. Mais sur une peau très fine, cela peut être dangereux, et déconseillé.

Mon médecin veut me poser des prothèses mammaires sous anesthésie locale. De plus, l’ordre des médecins me dit que c’est un généraliste, alors que sa plaque indique chirurgie esthétique. Pourtant ses infirmières m’affirment qu’il fait un travail parfait. Qu’en pensez-vous ?

Il faut 7 ans pour devenir médecin généraliste, puis 7 ans de plus pour devenir chirurgien et se spécialiser en Chirurgie Plastique et Esthétique. Lequel des deux praticiens vous semble le plus qualifié? Je suppose qu’il n’est pas dans l’intérêt d’une personne, même infirmière, qui accepte de continuer à travailler avec quelqu’un, d’en dire du mal, non? Sachez enfin que la qualification en chirurgie esthétique n’existe pas de façon isolée: seule est reconnue par le conseil de l’Ordre la qualification dont l’intitulé exact est  » Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique ». La plaque que vous mentionnez est donc illégale. De plus, dans quelles conditions et où serez vous opérée? L’anesthésie locale est peut être aussi le signe qu’il n’a pas accès à un vrai bloc opératoire où peuvent se faire les anesthésies générales. Mais il existe, hélas, des « victimes consentantes »…

Question: je me posais la question suivante: si l’on se fait poser des prothèses mammaires peut-on voir le cas échéant le début d’un cancer de sein lors d’une mammographie?

Avant tout geste sur les seins, je réalise un examen clinique minutieux, avec palpation de la glande, et un bilan avec mammographie et /ou échographie. En cas de doute sur la présence ou l’aspect d’un nodule, il sera prélevé lors de l’intervention, et analysé. Il y a donc une sécurité totale vis à vis du dépistage du cancer. La présence de prothèses ne gène nullement par la suite les examens de dépistage du cancer. Il suffit d’en prévenir le radiologue.

Pourquoi les prothèses au silicone sont-elles interdites aux USA? Quelles précautions faut-il prendre après l’intervention, et pendant combien de temps?

L’utilisation des prothèses en gel de silicone est toujours contrôlée aux USA, mais pas interdite. Il faut savoir que les problèmes ont commencé dans ce pays dans les années 1980, par des procès retentissants. Les prothèses ont alors été accusées de tous les maux, y compris de provoquer des maladies de toute sorte, auto immunes, cancers, etc. Tout cela s’est avéré totalement faux, et la plupart des plaignantes, qui réclamaient des millions de dollars de dédommagements, ont été déboutées. Mais les journalistes, qui nous ont copieusement inondés d’émissions scandaleusement tendancieuses, se sont bien gardés de vous dire avec autant de vigueur qu’ils n’avaient propagés que des rumeurs sans fondement. C’est pourquoi les prothèses en silicone, dont l’utilisation a alors été suspendue en France, mais uniquement pour l’usage esthétique (elles sont restées autorisées pour les reconstructions après cancer) ont été à nouveau autorisées pour les augmentations mammaires. Un simple contrôle tous les 12 à 18 mois est demandé.

Est-ce que les prothèses mammaires diminuent ou changent la sensibilité des mamelons ?

Très rarement. Cependant, toute intervention sur les seins, par l’œdème et le traumatisme opératoire, peut provoquer une diminution temporaire de la sensibilité. En principe, tout rentre dans l’ordre avec l’évolution normale de la cicatrisation.

Pourriez vous me dire comment définir avec exactitude la profondeur de bonnet ?

Je fais essayer à mes patientes des prothèses spéciales, portées dans un soutien gorge très fin, type maillot de bain, avec un T-Shirt ou un haut un peu moulant. En voyant le résultat, et les différences entre les différentes tailles d’implants, elles peuvent ainsi choisir exactement le volume qu’elles désirent.