Pourrais-je être prise en charge par la Sécurité Sociale pour une chirurgie esthétique du ventre ?

La prise en charge est toujours accordée pour le traitement d’une hernie ou d’une éventration. Pour la plastie abdominale (traitement de la peau relâchée) il faut demander une « entente préalable ». Vous serez convoquée par le Médecin contrôleur de la Sécurité Sociale, qui donnera sa réponse après vous avoir examiné.

Aurais-je une prise en charge si mon ventre est abîmé par des grossesses ?

La sécurité sociale ne considère pas que le fait d’avoir eu des enfants, y compris des jumeaux, soit un motif suffisant pour la chirurgie du ventre relâché. En pratique, seuls sont remboursés les cas de « pendulum » vrai, c’est-à-dire quand la peau du ventre retombe sur le pubis, avec un pli important. La prise en charge est aussi accordée dans les cas d’amaigrissement important, notamment après pose d’un anneau gastrique. La Sécurité Sociale considère toutes les autres demandes comme purement esthétiques.

J’ai perdu tout le poids pris pendant ma grossesse, mais j’ai gardé du ventre, on croit que je suis encore enceinte.

Parizot1 Parizot2 Si la peau ou les muscles sont relâchés, ou s’il y a une éventration (ci-contre), l’intervention va traiter tous ces éléments, et vous donner un bon résultat.


Parizot3 Parizot4 Éventration + plastie après grossesse. Photos avant et après opération. Le ventre est redevenu plat, la cicatrice est dans le pli qui marquait la peau. Souvent il peut ne s’agir que d’un amas de graisse qui persiste, surtout autour et en dessous du nombril. Une lipoaspiration peut suffire à régler le problème.


DjemalP1 DjemalP2


Je souhaite faire une plastie abdominale. J’ai eu un bébé l’année dernière. Pendant ma grossesse, j’ai pris 35 kg. Après l’accouchement, mon ventre est plein de vergetures, de plis. J’ai fait des séances d’abdominaux chez le Kiné, je continue à faire de temps en temps du sport mais mon ventre reste disgracieux. Je souhaite également avoir des renseignements sur le remboursement de cette opération.

Je suppose que vous avez perdu une bonne partie du poids pris pendant la grossesse. L’intervention va enlever toute la peau en trop et les vergetures qui la marquent. La Sécurité Sociale prend en charge les plasties abdominales à condition qu’il y ait ce qu’ils appellent un « ventre en besace »,  c’est à dire que la peau du bas du ventre fasse un pli important sur le pubis.Ce n’est pas toujours le cas. Il faut alors voir si votre grossesse ne vous a pas laissé un écartement des muscles. Le traitement de cette hernie est, lui, pris en charge, comme dans l’exemple précédent. La différence de prix est couverte par le complément d’honoraires. La plupart des mutuelles et des assurances complémentaires ont des contrats qui remboursent ces compléments.

Pourrais-je avoir une opération du ventre et une lipoaspiration d’une autre région du corps en même temps ?

Oui et non. L’association de plusieurs opérations de chirurgie esthétique dans le même temps augmente les risques de complications. Si la quantité de graisse à enlever n’est pas trop importante, alors oui.

Pourrais-je avoir une opération du ventre et une opération des seins en même temps ?

Là encore, oui et non. Tout est une question d’appréciation des risques. Si vous êtes mince, s’il s’agit d’un simple remodelage, on peut l’envisager.

J’ai pris beaucoup de poids, et mon ventre est très relâché. La chirurgie peut-elle m’aider ?

Marmouget1 Marmouget2 L’obésité majore les risques liés à ces opérations. Il faut donc essayer de perdre du poids avant l’intervention, car cette chirurgie ne peut pas vous faire maigrir. Par contre, elle peut vous aider à retrouver une vie plus normale, à refaire du sport, à trouver plus facilement à vous habiller, en enlevant le « tablier » qui vous gène, et qui provoque des lésions de la peau, surtout avec la transpiration.C’est un des cas de prise en charge possible par la Sécurité Sociale. (Après amaigrissement, avant et après plastie abdominale)


J’ai beaucoup maigri, mon ventre est très relâché. Que peut-on faire ?

Vous êtes dans la situation « idéale » pour l’intervention. La perte de poids a réduit les risques éventuels. La graisse à l’intérieur du ventre a fondu, ce qui a diminué la tension des muscles. Il est maintenant possible de traiter efficacement tous les éléments qui vous gênent: les muscles relâchés, la peau en trop, et le petit bourrelet de graisse sous les côtes.

Pourquoi les suites sont-elles si longues ?

Il faut parfois 6 mois à 1 an pour que les sensations de tiraillement disparaissent. Si le chirurgien est maître de sa dissection et de ses coutures, il n’est pas maître de la cicatrisation. « C’est le chirurgien qui fait la suture, mais le corps qui fait la cicatrice ». Et la cicatrisation fait appel à des phénomènes extrêmement complexes, pas tous connus, non maîtrisables, et qui demandent du temps. La nature est ainsi faite, et on ne peut pas la changer. Tout processus de cicatrisation évolue sur un minimum de 6 à 12 mois. Ce n’est pas parce que la peau est refermée, que la cicatrice est fine et souple et peu visible que tout est terminé: les petits nerfs cutanés doivent repousser, les muscles doivent reprendre leur activité, les fibres nouvelles dans la cicatrice doivent devenir matures et reformer une anatomie normale. Il est donc normal de continuer à percevoir des sensations de tiraillement, de brûlures fugaces, d’insensibilité partielle de la peau pendant environ 1 an, progressivement de moins en moins fréquentes. Enfin, la peau se détend toujours un peu avec le temps: au début, elle est très tendue, puis graduellement va se relâcher, et parfois reformer un bourrelet plus ou moins marqué, qu’il peut être nécessaire de réopérer. C’est donc souvent une chirurgie en deux temps, mais cela permet aussi de refaire la cicatrice dans des conditions meilleures, car sans tension sur la peau.

Combien ça coûte ?

Si l’intervention n’est pas prise en charge, il faut prévoir un budget de 3 500 à 6 000 €. Pour une lipoaspiration isolée, prévoir environ 2 000 €. Si l’intervention est prise en charge, il faut compter 1 500 à 2 500 € de complément d’honoraires, qui peut être remboursé par les mutuelles, en fonction de votre contrat.

J’ai peur d’avoir mal…

Chaque personne perçoit la douleur de façon différente, mais aujourd’hui, on sait la soulager efficacement. Tous les patients ont des médicaments pour la soulager, et ces traitements sont commencés avant même le réveil. Ils sont adaptés à chaque cas, en fonction de la demande. Inutile donc de vous angoisser à l’avance.